L’école Jeanne-d’Arc a reçu un 2e prix pour sa crèche (La Dépêche)

Les élèves de CM1 CM2 présentent leur crèche de Noël.

L’info aurait pu paraître ordinaire. Mais à l’école Jeanne-d’Arc, c’est un gros événement qui vient de se produire en ce début d’année.

Pour la première participation de l’établissement d’enseignement privé au concours des crèches de Noël organisé par l’Apel du Tarn, c’est un deuxième Prix – l’école Sainte-Thérèse de Vénès a eu le premier prix – qui vient d’être accordé par le jury en cette fin janvier, et ce devant une douzaine de présentations et pour la première participation.

Depuis, les enfants, les parents, les familles veulent voir cette réalisation, œuvre de six élèves, qui a reçu un chèque de 200 € pour les animations et les sorties de l’école.

Luka, Leïla, Louisa, Hermine, Evan et Antoine ont ainsi passé une dizaine de jeudis sur le temps périscolaire pour fabriquer une version bien particulière de cette incontournable déco de Noël.

Ils ont été conseillés et guidés par Lucie Monsarrat, en charge d’une section maternelle à Jeanne-d’Arc.

 “Nous avons établi l’idée de départ avec les élèves. Puis ils ont réalisé les calques, découpé les personnages, les ont positionnés, les ont collés et ont peint le tout sur une plaque translucide en plexiglas. Nous avons fait appel à un électricien pour éclairer ce qui ressemble à un vitrail d’église par l’arrière et le résultat est du plus bel effet !“, assure l’enseignante, félicitée chaleureusement comme les six élèves par la chef d’établissement, Céline Rataboul.

Avant de savoir que nous avions ce prix, nous avons exposé la crèche sur le petit marché de Noël et elle a eu un grand succès. Qui plus est à l’heure où le thème de l’année scolaire est la réutilisation des matériaux de tous les jours. Tout a été récupéré et a resservi“.

Pour les six jeunes, nouvelles stars de l’école, c’est un peu un cadeau d’adieu. “Nous nous sommes inspirés d’un passage de la Bible. Nous avons positionné les personnages et même les musiciens. Ça nous a bien plu de le faire avant de quitter Jeanne-d’Arc à la fin de l’année“.

Ce sera le cas pour cinq d’entre eux, mais l’œuvre de jeunesse faite “de main de maître” restera bien rue Barricouteau.

G.D